Friday, April 29, 2011

Queen to Play


Queen to Play opens in Portland on May 6 at The Portland Museum of Art, 7 Congress Square, Portland.
Zeitgeist Films is excited to announce the release of Queen to Play, a stylish and sophisticated French dramedy, starring the luminous Sandrine Bonnaire and Oscar winner Kevin Kline.

Set on the island of Corsica, a French chambermaid Helene (Bonnaire) discovers her love for chess and is soon seeking the tutelage of a reclusive American doctor (Kline, in his first French-speaking role). Her family soon grows suspicious as her newfound passion slowly comes into conflict with her old way of life. Mid-life triumphs ultimately prevail in this story of self-discovery. The Hollywood Reporter says, “Bonnaire delivers a beautifully modulated turn.... Kline, in his first entirely French-speaking role, intriguingly underplays as the mysterious Kroger.”

More information can be found on the Queen to Play website,

Tuesday, April 26, 2011

fun lunch!

To welcome us back from vacation, Emilia prepared a very fun lunch for us, complete with a hot dog car and pickle driver, veggies and dip arranged into a cheery flower for spring, and a frog apple with eyes made of cream cheese and blueberries and a fruit roll-up tongue that made us all laugh for dessert. The whole meal was almost too cute to eat...well...almost :-)

Thanks, Emilia from all the kids and teachers!



La Rencontre - Poisson d'avril!

On April 1, 2011, an unexpected snowstorm forced us to reschedule the performance, but it was a great success when fine weather allowed us to perform on April 15, 2011!

L'Ecole Française du Maine put on a performance called "Poisson d'avril" to celebrate April Fool's Day "à la Française".

In the French tradition, April Fool's is the "Poisson d'Avril", and French children enjoy spending the day placing paper fishes on each other's backs and making up fantastic stories- all in fun, of course!

The school children performed short sketches and songs for the appreciative audience of the Franco American Heritage Center in Lewiston, Maine. The spectators enjoyed an original and entertaining performance, and that's no joke !

!










Programme:

« Bulles, poissons et compagnie »
PS/MS & GS/CP: Mise en scène de quatre chansons de la chorale (staging of four chorus songs):

Une bulle vole
L’oiseau et la bulle de Pierre Chêne
Les Petits poissons
Quand Pierrot s’en va à la pêche

Poisson d’avril!
Saynètes sur le thème du poisson d’avril (sketches on the theme of April fools)

CM1/CM2/6ème: Introduction
CE1/CE2: Collage de poissons d’avril (Sticking April fishes)
CM1/CM2/6ème: Les Origines du poisson d’avril (The origins of April fools fishes)
CE1/CE2: Français langue officielle (Official language : French) & Les Humains d’avril (April humans)

Chorale
CE1/CE2 & CM1/CM2/6ème
La Maman des poissons de Boby Lapointe
On n’est pas à une bêtise près de Renan Luce

video video

Commemorative 10th anniversary 9-11-01

We the Freeport Flag Ladies need your help!


This year marks the 10th anniversary of the events of 9-11. To commemorate, we are organizing three days of events. We have been working very hard for several months, and now we turn to the general public to raise the funds needed for this important event. We need to raise $30,000 and we are turning to each of you for help. This event is non-political - it is about remembering our past and honoring our heroes. We are asking each American who receives this notice to place a $1.00 bill in an envelope and send it to the following address:


Freeport Flag Ladies

9-11-2011 Events

17 School St

Freeport, ME 04032


We ask you share this information with your family, friends and coworkers. It is our sincere hope that dollar-by-dollar we can make this event happen.


Event Description:


This will be a 3-day event. On Friday, September 9th 2011 there will be a candlelight vigil honoring the soldiers from Maine who were lost in Iraq & Afghanistan. Their photos will be displayed on white crosses set up in the park. There will be a bugler and piper echoing taps. Major General John Libby will be speaking along with a National Guard Chaplain. Following the vigil there will be a moving presentation of patriotic music and a photo documentary by a photographer who was at the Trade Center site for the first 3 weeks.


On Saturday there will be concerts at LL Bean's Discovery Park. Musicians will perform throughout Freeport. All branches of the military will be set up as well as Veteran's groups. A special area will be set up for children. In the evening, there will be an impressive pre-show of flags and music followed by a patriotic laser show.


On Sunday morning we will be doing the 9-11 Tribute as we have every 9-11, but this year we are expecting even more people to join us. Sunday afternoon we will be honoring our first responders by a parade of color guards, police, fire & rescue vehicles from nearby communities. This parade will lead in the Master Masons from NY, DC & PA who will be doing a cornerstone ceremony and unveiling of 2 pieces of steel from the World Trade Center in a beautiful monument.


On May 21st, the piece of steel for the monument will be brought from Kittery to Freeport by the National Guard, with a police escort. There will be a ceremony at the Public Works building. A display will be set up at the Fire Station of Freeport Flag Lady Memorabilia including many gifts we have been presented with over the years, flags flown over many camps in Iraq & Afghanistan, patriotic teddy bears and lots of other interesting things.



"Remembering our past, honoring our heroes by our acts of love and Gratitude"



Au menu cette semaine:

Monday, April 25, 2011

CinéClub on April 27: Please Join us


ENTRE LES MURS

A movie by Laurent CANTET, 2008, crame, 2h00, avec François BEGAUDEAU, Nassim AMRABT, Laura BAQUELA…

Synopsis : Based on a work of contemporary fiction by French writer François Bégaudeau, The Class tells a semi-autobiographical account of Bégaudeau's experiences as a literature teacher working in a Parisian inner-city middle school. A microcosm of contemporary France, the classroom provides a showcase of clashing cultures and attitudes. Despite all the disputes and the difficulties involved in balancing such a low-paying job, Bégaudeau never fails to gain the respect of his students through his unwavering enthusiasm and diligence.

REVIEWS
By GERALD PEARY

There’s an analogous reserve in the teaching methodology of François Bégaudeau in The Class to those of Jean-Marc-Gaspard Itard in François Truffaut’s 1970 classic, The Wild Child [L’enfant sauvage]. He’s in his fourth year as a French-language instructor of 13- and 14-year-olds, many of them immigrants, in a scraping-by public school in Paris. Bégaudeau is enormously casual and informal in his dealings with his students. Anything can be talked about in class, from soccer to homosexuality, and he’s a straight shooter, always truthful with his kids. But though he’s a liberal nice guy on the side of his minions, he rarely praises them in an overt manner. In line with the pedantry of Dr. Itard, his students — some raw and unsocialized — are asked to find their own way. Bégaudeau is not the man to take a child aside and say, “I’m really enjoying having you in my class.” His way is to banter with his pupils, to challenge what they assert, and often in an ironic, sarcastic manner. (Is it correct to note that brooding, self-dramatizing teenagers don’t appreciate irony and sarcasm?)

Bégaudeau is a real-life teacher who penned a memoir, Entre les murs (the film’s original French title), about his time in the classroom. In The Class, he superbly plays himself, and all the students, equally adept as “actors,” use their real names. The film is nominally fiction, based on lengthy improvisations with the cast, and shot in an empty school during the summer. Yet it feels so “real,” its fluid camera style like a cinéma-vérité. The Class has been compared, aptly, to Frederick Wiseman’s documentaries about institutions. Like Wiseman, Cantet captures the most telling, “truthful” moments. His classroom comes vividly, beautifully alive: this is what school is all about! And like Wiseman, he doesn’t tell us what to think.

Is Bégaudeau the best teacher who ever lived? Is he in the wrong profession? Or is he something in between, a flawed instructor with good days and bad, like his moody students? You, the filmmaking audience, get to decide.

Sunday, April 24, 2011

Math Competitions (French Schools North America)


I have the pleasure of presenting you with your diploma for participation in the contest which took into account the points scored in the two sections of the contest.

A total of 134 classes participated in the second edition. You can be proud of your work that engaged each class. I hope that in the coming year in your new class, I will find you participating and that you will again take pleasure in resolving these problems that are no longer problems once you find the solutions. And so, think, reflect and exchange ideas.

Have a nice end of the school year.

Congratulations to all!

Marc Cauet,
Pedagogical Coordinator
French Ministry of Education
Consulat Général de France
San Francisco; USA
http://www.frenchschoolsnorthamerica.org




J'ai le plaisir de vous adresser votre diplôme de participation au rallye qui prend en compte les points obtenus sur l'ensemble des deux manches.
Vous avez été 134 classes à participer à la deuxième édition, vous pouvez être fier de votre travail qui a engagé chaque classe.
J'espère que l'an prochain dans votre nouvelle classe, je vous retrouverai et que vous prendrez toujours du plaisir à résoudre ces problèmes qui n'en sont plus une fois que la solution est trouvée. Alors, pensez, réfléchissez et échangez.
Bonne fin d'année scolaire.
Un bravo aux professeurs qui vous ont emmenés dans cette aventure, à l'année prochaine.

Congratulations to all

Marc Cauet,
Pedagogical Coordinator
French Ministry of Education
Consulat Général de France
San Francisco; USA
http://www.frenchschoolsnorthamerica.org

Friday, April 15, 2011

Laura attends AEFE Preschool conference in New York



During the March vacation, I had the opportunity to visit the French American school of New York in Mamaroneck. During this training, which lasted three days, I met thirty other preschool teachers who, like me, are always searching for new methods and tools to help our little students learn.
Thanks to two wonderful trainers, Mr. Georges Alzina, Inspecteur de l’Education Nationale for the French schools of North America and Ms. Vivienne Motard, Pedagogical Advisor, I discovered and learned about techniques that will allow children to become more autonomous in the classroom as well as during their everyday life. We shared our own approaches of classroom management and workshop organization.

I greatly appreciated this very interesting training.

Merci à L’Ecole Française du Maine and my two trainers.
--Laura Marin

Thursday, April 14, 2011

Youth Concert




On Tuesday, April 5 the children of grades 2, 3, 4, 5, and 6 had the pleasure to attend an educational concert of the Portland Symphonic Orchestra. The classes enjoyed several activities, conducted in both French and English, including discovering the vocabulary specific to the orchestra. The children enjoyed listening to the ensemble of more than 50 professional musicians in an incredible concert room (Merrill auditorium). They learned a lot about the organization of a symphonic orchestra, the different instrument families and what each family brings to the ensemble. For example, we listened to the percussion alone and discovered their richness and diversity: everyone was amazed!

Joyeux anniversaire!





Last week, we celebrated our mascot Trotro' s birthday. For this event, we prepared a surprise for him. We made chocolate chip cookies and we all had a chance to participate. We learned new vocabulary and also tasted and smelled some of the ingredients. We were really motivated and, of course, one of the best parts was to eat them. Joyeux anniversaire Trotro !

Les PS/MS

Le défi lecture







Since last year the reading contest has become an important activity at L’Ecole Française du Maine. This reading contest promotes teamwork and motivates children to read in French.
This school year, it started in October. The 2nd, 3rd, 4th, 5th and 6th graders meet every week to read together.
Classes are mixed up and four teams have been created, each one made of three different reading levels. Each team has to read three books (one per level), make sure they understand everything, know all the characters, identify the different events, locations… To end the reading part of the contest, they all create questionnaires, exercises and games about each book they read.
The teachers then compiled and enriched their productions for a time limited written test that each team had to take and answer questions about the books as precisely as possible. The motivation created by these books has been incredible, and they all had good results. Everyone has been rewarded for his/her great work and efforts. It is now time for the second contest. Vivement les trois nouveaux livres!

Tuesday, April 12, 2011

"Eduquer au XXIe siècle" par Michel Serres

Michel Serres de l'Academie Française, mardi 1er mars 2011

Avant d’enseigner quoi que ce soit à qui que ce soit, au moins faut-il le connaître.
Qui se présente, aujourd’hui, à l’école, au collège, au lycée, à l’université ?

- I -

Ce nouvel écolier, cette jeune étudiante n’a jamais vu veau, vache, cochon ni couvée. En 1900, la majorité des humains, sur la planète, s’occupaient de labourage et de pâturage ; en 2010, la France, comme les pays analogues au nôtre, ne compte plus qu’un pour cent de paysans. Sans doute faut-il voir là une des plus immenses ruptures de l’histoire, depuis le néolithique. Jadis référée aux pratiques géorgiques, la culture change.

Celle ou celui que je vous présente ne vit plus en compagnie des vivants, n’habite plus la même Terre, n’a donc plus le même rapport au monde. Il ou elle ne voit que la nature arcadienne des vacances, du loisir ou du tourisme.

- Il habite la ville. Ses prédécesseurs immédiats, pour plus de la moitié, hantaient les champs. Mais il est devenu sensible aux questions d’environnement. Prudent, il polluera moins que nous autres, adultes inconscients et narcissiques.
Il n’a plus le même monde physique et vital, ni le même monde en nombre, la démographie ayant soudain bondi vers sept milliards d’humains.

- Son espérance de vie est, au moins, de quatre-vingts ans. Le jour de leur mariage, ses arrière- grands-parents s’étaient juré fidélité pour à peine une décennie. Qu’il et elle envisagent de vivre ensemble, vont-ils jurer de même pour soixante-cinq ans ? Leurs parents héritèrent vers la trentaine, ils attendront la vieillesse pour recevoir ce legs.
Ils n’ont plus la même vie, ne vivent plus les mêmes âges, ne connaissent plus le même mariage ni la même transmission de biens.

- Depuis soixante ans, intervalle unique dans notre histoire, il et elle n’ont jamais connu de guerre, ni bientôt leurs dirigeants ni leurs enseignants. Bénéficiant des progrès de la médecine et, en pharmacie, des antalgiques et anesthésiques, ils ont moins souffert, statistiquement parlant, que leurs prédécesseurs. Ont-ils eu faim ?

Or, religieuse ou laïque, toute morale se résumait à des exercices destinés à supporter une douleur inévitable et quotidienne : maladies, famine, cruauté du monde.

Ils n’ont plus le même corps ni la même conduite ; aucun adulte ne sut ni ne put leur inspirer une morale adaptée.

- Alors que leurs parents furent conçus à l’aveuglette, leur naissance fut programmée. Comme, pour le premier enfant, l’âge moyen de la mère a progressé de dix à quinze ans, les enseignants ne rencontrent plus des parents d’élèves de la même génération.

Ils n’ont plus les mêmes parents ; changeant de sexualité, leur génitalité se transformera.

- Alors que leurs prédécesseurs se réunirent dans des classes ou des amphis homogènes culturellement, ils étudient au sein d’un collectif où se côtoient désormais plusieurs religions, langues, provenances et mœurs. Pour eux et leurs enseignants, le multiculturalisme est de règle depuis quelques décennies. Pendant combien de temps pourront-ils encore chanter l’ignoble « sang impur » de quelque étranger ?

Ils n’ont plus le même monde mondial, ils n’ont plus le même monde humain. Autour d’eux, les filles et les fils d’immigrés, venus de pays moins riches, ont vécu des expériences vitales inverses.

Bilan temporaire. Quelle littérature, quelle histoire comprendront-ils, heureux, sans avoir vécu la rusticité, les bêtes domestiques et la moisson d’été, dix conflits, blessés, morts et affamés, cimetières, patrie, drapeau sanglant, monuments aux morts, sans avoir expérimenté dans la souffrance, l’urgence vitale d’une morale ?

- II -

Voilà pour le corps ; voici pour la connaissance.

- Leurs ancêtres cultivés avaient, derrière eux, un horizon temporel de quelques milliers d’années, ornées par la préhistoire, les tablettes cunéiformes, la Bible juive, l’Antiquité gréco-latine. Milliardaire désormais, leur horizon temporel remonte à la barrière de Planck, passe par l’accrétion de la planète, l’évolution des espèces, une paléo-anthropologie millionnaire.
N’habitant plus le même temps, ils entrèrent dans une autre histoire.

- Ils sont formatés par les médias, diffusés par des adultes qui ont méticuleusement détruit leur faculté d’attention en réduisant la durée des images à sept secondes et le temps des réponses aux questions à quinze secondes, chiffres officiels ; dont le mot le plus répété est « mort » et l’image la plus reprise celle des cadavres. Dès l’âge de douze ans, ces adultes-là les forcèrent à voir plus de vingt mille meurtres.

- Ils sont formatés par la publicité ; comment peut-on leur apprendre que le mot relais, en français s’écrit -ais, alors qu’il est affiché dans toutes les gares -ay ? Comment peut-on leur apprendre le système métrique, quand, le plus bêtement du monde, la SNCF leur fourgue des s’miles ?

Nous, adultes, avons doublé notre société du spectacle d’une société pédagogique dont la concurrence écrasante, vaniteusement inculte, éclipse l’école et l’université. Pour le temps d’écoute et de vision, la séduction et l’importance, les médias se sont saisis depuis longtemps de la fonction d’enseignement.

Les enseignants sont devenus les moins entendus de ces instituteurs. Critiqués, méprisés, vilipendés, puisque mal payés.

- Ils habitent donc le virtuel. Les sciences cognitives montrent que l’usage de la toile, lecture ou écriture au pouce des messages, consultation de Wikipedia ou de Facebook, n’excitent pas les mêmes neurones ni les mêmes zones corticales que l’usage du livre, de l’ardoise ou du cahier. Ils peuvent manipuler plusieurs informations à la fois. Ils ne connaissent ni n’intègrent ni ne synthétisent comme leurs ascendants.

Ils n’ont plus la même tête.

- Par téléphone cellulaire, ils accèdent à toutes personnes ; par GPS, en tous lieux ; par la toile, à tout le savoir ; ils hantent donc un espace topologique de voisinages, alors que nous habitions un espace métrique, référé par des distances.

Ils n’habitent plus le même espace.

Sans que nous nous en apercevions, un nouvel humain est né, pendant un intervalle bref, celui qui nous sépare de la Seconde Guerre mondiale.

Il ou elle n’a plus le même corps, la même espérance de vie, n’habite plus le même espace, ne communique plus de la même façon, ne perçoit plus le même monde extérieur, ne vit plus dans la même nature ; né sous péridurale et de naissance programmée, ne redoute plus la même mort, sous soins palliatifs. N’ayant plus la même tête que celle de ses parents, il ou elle connaît autrement.

- Il ou elle écrit autrement. Pour l’observer, avec admiration, envoyer, plus rapidement que je ne saurai jamais le faire de mes doigts gourds, envoyer, dis-je, des SMS avec les deux pouces, je les ai baptisés, avec la plus grande tendresse que puisse exprimer un grand-père, Petite Poucette et Petit Poucet. Voilà leur nom, plus joli que le vieux mot, pseudo-savant, de dactylo.

- Ils ne parlent plus la même langue. Depuis Richelieu, l’Académie française publie, à peu près tous les quarante ans, pour référence, le dictionnaire de la nôtre. Aux siècles précédents, la différence entre deux publications s’établissait autour de quatre à cinq mille mots, chiffres à peu près constants ; entre la précédente et la prochaine, elle sera d’environ trente mille.

À ce rythme linguistique, on peut deviner que, dans peu de générations, nos successeurs pourraient se trouver aussi séparés de nous que nous le sommes de l’ancien français de Chrétien de Troyes ou de Joinville. Ce gradient donne une indication quasi photographique des changements majeurs que je décris.

Cette immense différence, qui touche toutes les langues, tient, en partie, à la rupture entre les métiers des années cinquante et ceux d’aujourd’hui. Petite Poucette et son frère ne s’évertueront plus aux mêmes travaux.

La langue a changé, le travail a muté.

- III -
L’individu

Mieux encore, les voilà devenus des individus. Inventé par saint Paul, au début de notre ère, l’individu vient de naître seulement ces jours-ci. Nous rendons-nous compte à quel point nous vivions d’appartenances, de jadis jusqu’à naguère ? Français, catholiques ou juifs, Gascons ou Picards, riches ou pauvres, femmes ou mâles… nous appartenions à des régions, des religions, des cultures, rurales ou villageoises, des groupes singuliers, des communes locales, un sexe, la patrie. Par les voyages, les images, la toile, les guerres abominables, ces collectifs ont à peu près tous explosé. Ceux qui demeurent continuent aujourd’hui, vite, d’éclater.

L’individu ne sait plus vivre en couple, il divorce ; ne sait plus se tenir en classe, il remue et bavarde ; ne prie plus en paroisse ; l’été dernier, nos footballeurs n’ont pas su faire équipe ; nos politiques savent-ils encore construire un parti ? On dit partout mortes les idéologies ; ce sont les appartenances qu’elles recrutaient qui s’évanouissent.

Cet individu nouveau-né annonce plutôt une bonne nouvelle. À balancer les inconvénients de l’égoïsme et les crimes de guerre commis par et pour la libido d’appartenance – des centaines de millions de morts –, j’aime d’amour ces jeunes gens.

Cela dit, reste à inventer de nouveaux liens. En témoigne le recrutement de Facebook, quasi équipotent à la population du monde.

Comme un atome sans valence, Petite Poucette est toute nue. Nous, adultes, n’avons inventé aucun lien social nouveau. L’emprise de la critique et du soupçon les déconstruit plutôt.

Rarissimes dans l’histoire, ces transformations, que j’appelle hominescentes, créent, au milieu de notre temps et de nos groupes, une crevasse si large que peu de regards l’ont mesurée à sa vraie taille.

Je la compare, je le répète, à celles qui intervinrent au néolithique, à l’aurore de la science grecque, au début de l’ère chrétienne, à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance.

Sur la lèvre aval de cette faille, voici des jeunes gens auxquels nous prétendons dispenser de l’enseignement, au sein de cadres datant d’un âge qu’ils ne reconnaissent plus : bâtiments, cours de récréation, salles de classe, bancs, tables, amphithéâtres, campus, bibliothèques, laboratoires même, j’allais même dire savoirs… cadres datant, dis-je, d’un âge et adaptés à une ère où les hommes et le monde étaient ce qu’ils ne sont plus.

- IV -

Trois questions, par exemple : Que transmettre ? À qui le transmettre ? Comment le transmettre ?

Que transmettre ? Le savoir !

Jadis et naguère, le savoir avait pour support le corps même du savant, de l’aède ou du griot. Une bibliothèque vivante… voilà le corps enseignant du pédagogue.

Peu à peu, le savoir s’objectiva d’abord dans des rouleaux, vélins ou parchemins, support d’écriture, puis, dès la Renaissance, dans les livres de papier, supports d’imprimerie, enfin, aujourd’hui, sur la toile, support de messages et d’information.

L’évolution historique du couple support-message est une bonne variable de la fonction d’enseignement. Du coup, la pédagogie changea trois fois : avec l’écriture, les Grecs inventèrent la paideia ; à la suite de l’imprimerie, les traités de pédagogie pullulèrent. Aujourd’hui ?

Je répète. Que transmettre ? Le savoir ? Le voilà, partout sur la toile, disponible, objectivé. Le transmettre à tous ? Désormais, tout le savoir est accessible à tous. Comment le transmettre ? Voilà, c’est fait.

Avec l’accès aux personnes, par le téléphone cellulaire, avec l’accès en tous lieux, par le GPS, l’accès au savoir est désormais ouvert. D’une certaine manière, il est toujours et partout déjà transmis.

Objectivé, certes, mais, de plus, distribué. Non concentré. Nous vivions dans un espace métrique, dis-je, référé à des centres, à des concentrations. Une école, une classe, un campus, un amphi, voilà des concentrations de personnes, étudiants et professeurs, de livres, en bibliothèques, très grande dit-on parfois, d’instruments dans les laboratoires… ce savoir, ces références, ces livres, ces dictionnaires… les voilà distribués partout et, en particulier, chez vous ; mieux, en tous les lieux où vous vous déplacez ; de là étant, vous pouvez toucher vos collègues, vos élèves, où qu’ils passent ; ils vous répondent aisément.

L’ancien espace des concentrations – celui-là même où je parle et où vous m’écoutez, que faisons-nous ici ? – se dilue, se répand ; nous vivons, je viens de le dire, dans un espace de voisinages immédiats, mais, de plus, distributif. – Je pourrai vous parler de chez moi ou d’ailleurs, et vous m’entendriez ailleurs ou chez vous.

Ne dites surtout pas que l’élève manque des fonctions cognitives qui permettent d’assimiler le savoir ainsi distribué, puisque, justement, ces fonctions se transforment avec le support. Par l’écriture et l’imprimerie, la mémoire, par exemple, muta au point que Montaigne voulut une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine. Cette tête a muté.

De même donc que la pédagogie fut inventée (paideia) par les Grecs, au moment de l’invention et de la propagation de l’écriture ; de même qu’elle se transforma quand émergea l’imprimerie, à la Renaissance ; de même, la pédagogie change totalement avec les nouvelles technologies.

Et, je le répète, elles ne sont qu’une variable quelconque parmi la dizaine ou la vingtaine que j’ai citées ou pourrais énumérer.

Ce changement si décisif de l’enseignement, – changement répercuté sur l’espace entier de la société mondiale et l’ensemble de ses institutions désuètes, changement qui ne touche pas, et de loin, l’enseignement seulement, mais sans doute le travail, la politique et l’ensemble de nos institutions – nous sentons en avoir un besoin urgent, mais nous en sommes encore loin ; probablement, parce que ceux qui traînent encore dans la transition entre les derniers états n’ont pas encore pris leur retraite, alors qu’ils diligentent les réformes, selon des modèles depuis longtemps évanouis.

Enseignant pendant quarante ans sous à peu près toutes les latitudes du monde, où cette crevasse s’ouvre aussi largement que dans mon propre pays, j’ai subi, j’ai souffert ces réformes-là comme des emplâtres sur des jambes de bois, des rapetassages ; or les emplâtres endommagent le tibia comme les rapetassages déchirent encore plus le tissu qu’ils cherchent à consolider.

Oui, nous vivons un période comparable à l’aurore de la paideia, après que les Grecs apprirent à écrire et démontrer ; comparable à la Renaissance qui vit naître l’impression et le règne du livre apparaître ; période incomparable pourtant, puisqu’en même temps que ces techniques mutent, le corps se métamorphose, changent la naissance et la mort, la souffrance et la guérison, l’être-au-monde lui-même, les métiers, l’espace et l’habitat.

- V -
Envoi

Face à ces mutations, sans doute convient-il d’inventer d’inimaginables nouveautés, hors les cadres désuets qui formatent encore nos conduites et nos projets. Nos institutions luisent d’un éclat qui ressemble, aujourd’hui, à celui des constellations dont l’astrophysique nous apprit jadis qu’elles étaient mortes déjà depuis longtemps.

Pourquoi ces nouveautés ne sont-elles point advenues ? J’en accuse les philosophes, dont je suis, gens qui ont pour métier d’anticiper le savoir et les pratiques à venir, et qui ont, comme moi, ce me semble, failli à leur tâche. Engagés dans la politique au jour le jour, ils ne virent pas venir le contemporain. Si j’avais eu, en effet, à croquer le portrait des adultes, dont je suis, il eût été moins flatteur.

Je voudrais avoir dix-huit ans, l’âge de Petite Poucette et de Petit Poucet, puisque tout est à refaire, non, puisque tout est à faire.

Je souhaite que la vie me laisse assez de temps pour y travailler encore, en compagnie de ces Petits, auxquels j’ai voué ma vie, parce que je les ai toujours respectueusement aimés.

Pour lire l'intégralité des textes de la coupole du 1er mars, reportez-vous sur le site de l'Institut de France.

Friday, April 1, 2011

Les PS/MS & GS/CP au concert






Last Tuesday the Pre-K and K-1 classes went to Brunswick to listen to the last concert of the Kinderkonzert programs. It was about the instruments in the brass family (trumpet, horn, trombone, tuba). The concert was very interesting and interactive: the children sang, marked varied tempos and answered questions. Several musical concepts were presented (tempo, nuances, tone, repeats, etc.)
At the end of the concert we met the musicians and we were allowed to look at the instruments… very closely!

Scrapbooking club




Children have been having a lot of fun in Scrapbooking club!
Sandrine Moser shared her experience and equipment to help them create wonderful decorations for their favorite photos.
During the next session of this club - starting next week - they will start putting together pages of the 2010-2011 yearbook.
Please see Elodie in the office if your child would like to sign-up for this fun and creative after-school club.